Konchalovsky à propos de Sofronitsky

14 VII
Vladimir Sofronitsky en récital

Bien souvent, les documentaires consacrés à des musiciens se concentrent sur la biographie au détriment de l’art, du style et de la technique ; cela pose un problème lorsque l’art vécu avec le plus d’intensité se fonde sur une existence réservée. En 2007, un documentaire à propos de Vladimir Sofronitsky a été réalisé par Andreï Konchalovsky et diffusé en Russie. Grâce au récent boîtier Melodiya MEL CD 10 02312, il est désormais disponible aussi en Occident, avec un sous-titrage en anglais dont voici une traduction minutée en français.

Poursuivre la lecture…

Par-delà la lettre et l’esprit

30 V
Manuscrit de la Sonate de Beethoven, opus 78

Un titre repris d’un chef-d’œuvre de Nietzsche, mais une invitation à dépasser l’opposition stérile et mal posée de deux notions que l’on présente volontiers comme une thèse et une antithèse, opposition qui serait dissipée ou résolue par une synthèse qui en surplombe les termes. Il ne s’agit pas d’éliminer la lettre — l’interprétation « subjective » — ni l’esprit — l’analyse « scolastique » —, mais de reconnaître dans leur tension la nature même de la musique, par sa transmission du créateur au recréateur et à l’auditeur.

Poursuivre la lecture…

Le fleuve et le microphone

21 III
Vladimir Sofronitsky en studio

Les enregistrements d’œuvres de Fryderyk Chopin par Vladimir Sofronitsky en studio en janvier et février 1960 proposent dans certains cas plusieurs prises distinctes réalisées le même jour et distribuées selon les choix des maisons d’édition. Cet article fait le point sur la discographie dans un de ces rares cas bienvenus où l’enregistrement a préservé la versatilité et la multiplicité d’une œuvre de musique.

Poursuivre la lecture…

Biographie des trois dernières Sonates de Beethoven

4 III
Beethoven par August von Klöber en 1818

En prélude à une analyse et recension que j’espère rédiger à propos des trois dernières Sonates pour piano de Ludwig van Beethoven, les opus 109 (avec Edwin Fischer), 110 (avec Igor Zhukov) et 111 (avec Vladimir Sofronitsky), voici une très brève « biographie » de ces œuvres — comment elles se sont inscrites dans le tissu quotidien, au côté de la Missa solemnis, et ce qu’elles représentaient pour leur auteur, au travers de la question des dédicaces.

Poursuivre la lecture…

Liszt chante Schubert

28 I
Liszt par Hanfstängl vers 1869

En octobre 1960, à la petite salle du conservatoire de Moscou, Vladimir Sofronitsky a joué en récital les transcriptions pour piano composées par Ferenc Liszt de six lieder de Franz Schubert parmi les plus beaux. D’excellents microphones y ont trouvé le musicien à son zénith et certains éditeurs ont traité ces bandes avec soin. Par chance, les différentes éditions, sans doute captées à quelques jours d’intervalle, permettent de l’écouter tandis qu’il reprenait sans les redire plusieurs de ces œuvres.

Poursuivre la lecture…